Navigation – Plan du site

Le droit d’avoir migré : Émergence et constitution du mouvement des braceros (Journaliers agricoles mexicains aux États-Unis, 1942-1964)

El derecho de haber migrado: emergencia y constitución del movimiento de los braceros (jornaleros agrícolas mexicanos, 1942-1964)
The right to have migrated: Emergence and constitution of the braceros’ movement (Mexican farmworkers 1942-1964)
Philippe Schaffhauser

Résumés

Cet article s’intéresse à la question de la reconnaissance sociale après-coup de l’expérience du travailleur migratoire et se demande dans quelle mesure, et sous quelles conditions, celle-ci crée-t-elle des droits sociaux pour celle et celui qui en a été l’auteur ? L’acte de reconnaissance sociale, la construction et l’application des droits qui lui correspondent ne vont pas de soi. Il n’y a en effet rien de naturel à légitimer, sur les plans politique et institutionnel, l’existence de travailleurs migratoires et à leur octroyer un statut. Cet article explore ce problème à partir de l´étude du mouvement des braceros au Mexique (ouvriers agricoles 1942-1964) qui se constitue pour protester contre leur manque de reconnaissance et contre le non versement d’une pension liée à un fonds de retraite constitué durant les accords braceros. Il s’agit d’une lutte sociale qui présente plusieurs particularités qui enrichissent la compréhension des mouvements sociaux contemporains puisqu’il concerne les personnes du troisième âge en situation de vulnérabilité sociale et le monde rural mexicain. C’est sur la base d’un travail de terrain, réalisé dans les États de Michoacán et Zacatecas, ainsi qu’à Mexico, que cette recherche en cours formule ses questions de départ et présente ses premiers résultats dans cet article.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le sens philosophique de cet article consiste à décliner l’idée ontologique selon laquelle être c’est aussi avoir été. Sur un plan sociologique, il explore un des aspects de la relation entre droit et migration. Comme son titre l’indique, cet article ne porte pas sur la question du droit lié aux flux migratoires et partant de là il n’analyse pas les problèmes de contrôle, de régulation et d’accompagnement juridique et institutionnel de ces mouvements de population. Il envisage plutôt d’interroger la question de la reconnaissance sociale après-coup de l’expérience du travailleur migratoire et de se demander dans quelle mesure, et sous quelles conditions, celle-ci crée-t-elle des droits sociaux pour celle et celui qui en a été l’auteur ? L’acte de reconnaissance sociale et la construction ou l’application des droits qui lui correspondent ne vont pas de soi. Il n’y a en effet rien de naturel à légitimer, sur les plans politique et institutionnel, l’existence de travailleurs migratoires et à leur octroyer un statut. Même si ce n’est pas toujours le cas, le processus de reconnaissance sociale a partie liée avec l’action et la mobilisation sociale de ceux qui aspirent à être reconnus pour ce qu’ils sont ou pour ce qu’ils ont fait. La construction de droits sociaux est alors le chemin d’un résultat du mouvement social en général plus ou moins sinueux, car il implique luttes et négociations, revendications et capacité à les satisfaire par le droit et par l’action politique. Pour illustrer cette problématique et satisfaire à son hypothèse, à propos de l’influence qu’exerce le mouvement social sur la construction de droits sociaux (ou sur leur application), cet article se centrera sur le mouvement des ex braceros, au Mexique, qui s’exprime comme un effet inattendu (ou non désiré) du programme bracero (1942-1964). Cet article présente, en outre, un caractère pionnier étant donné que, s’il est vrai que le programme bracero a bien fait l’objet de nombreuses études par des historiens et des spécialistes de la migration (Craig R., 1971, Durand J., 2007, Calavita K., 2010), la recherche sur le mouvement actuel des braceros, qui est une conséquence directe du programme, reste encore assez discrète au Mexique. Le travail que je présente ici s’appuie sur une enquête de terrain réalisée principalement dans les États de Michoacán et de Zacatecas, ainsi que dans la ville de Mexico, entre 2010 et 2013. Cette recherche a eu pour but méthodologique principal d’observer les étapes de cette mobilisation, d’interroger les acteurs braceros de celle-ci et de consulter des archives et des documents officiels liés à cette question que les autorités mexicaines entendent aujourd’hui comme « un problème bracero», une épine dans le pied de l’administration et de l’État : que faire aujourd’hui de tous ces anciens travailleurs internationaux qui de surcroît ont des droits ?

2Le mouvement des braceros est transnational, puisqu’il se déroule de part et d’autre de la frontière entre Mexique et États-Unis. En effet, certains des activistes et des leaders, qui ont pris la défense des braceros et la tête d’organisations civiles dédiées à leur cause, possèdent la double nationalité comme c’est le cas de Carlos Marentes et de Ventura Gutiérrez qui, de surcroît, se sont formés aux États-Unis en participant activement au mouvement des travailleurs agricoles mexicains de César Chavez, dans les années 60 et 70. Le mouvement des braceros, qui émerge au milieu des années 90 d’abord aux États-Unis puis, peu après, au Mexique, se présente comme une toile d’araignée sociologique faite de questions enchevêtrées que l’on peut, toutefois, regrouper en trois grands énoncés :

  • le rôle des familles de braceros, des épouses ou conjointes et des enfants, sans lesquels, la conduite de ce mouvement aurait difficilement pu se réaliser, puisqu’un grand nombre de braceros sont décédés après 1964, a contribué à élargir, aujourd’hui, l’univers des bénéficiaires du programme bracero ;

  • les relations politiques entre le Mexique et les États-Unis d’Amérique à propos de la question migratoire, dont le bracero constitue une figure importante et envers lequel la reconnaissance sociale et politique reste ambiguë, de part et d’autre de la frontière, mettent en avant l’idée d’un devoir de mémoire politique et institutionnelle ;

  • enfin, la construction, la légitimation et l’application de droits sociaux liés au travail international pointent en direction de la responsabilité des États quant à leurs obligations en matière de migration légale, car c’est sans doute là que se tient une bonne partie de la question du droit d’avoir été migrant. 

3En outre, l’étude du mouvement des braceros permet de s’interroger sur le monde rural et sur ses problématiques, puisque pour l’essentiel les braceros étaient issus de ce milieu et sont retournés y vivre une fois leurs contrats terminés. La sociologisation de l’histoire des braceros met au jour, par l’étude de leur mouvement social, l’émergence surprise d’un nouvel acteur social sur la scène sociale et politique mexicaine, le troisième âge rural et met au jour la question plus générale de la place occupée par le troisième âge dans la société mexicaine d’aujourd’hui.

4Cet article s’attache à cerner cette problématique complexe tout en signalant que la recherche qui lui correspond reste en cours. L’objectif de celle-ci consiste à étudier et à comprendre les conséquences sociales et politiques d’un programme qui aura pu constituer en son temps un modèle pour l’organisation du travail légal international (Durand J., 2007 : 27), en faisant de l’émergence et de la constitution du mouvement des braceros, la traduction actuelle la plus évidente des effets non voulus de cet accord international sur le travail, de part et d’autre de la frontière Mexique-États-Unis.

Les origines du conflit

  • 1 L’étymologie provient du mot « bras » (brazo en espagnol). Le « bracero » est un journalier dont le (...)

5Comme leur nom l’indique les braceros1 sont originaires du milieu rural et agricole (Michoacán, Guanajuato, Jalisco, Zacatecas, principalement). Il s’agit de paysans migrants qui ont travaillé sous contrat aux États-Unis, entre 1942 à 1964. Le cœur de cette histoire se résume à une affaire de détournement (et peut-être d’escroquerie) d’un fonds de pension agricole pour lequel chaque bracero avait dû cotiser durant son contrat. Pendant plusieurs décennies, c’est-à-dire entre 1964 et la fin des années 90, ce problème a été tu par la classe politique mexicaine et le pouvoir en place qui l’ont transformé en affaire classée. Quant aux médias cette histoire n’existait tout simplement pas.

  • 2 Il existe une polémique autour de la date réelle qui marque la fin des accords braceros. Selon Wayn (...)
  • 3 Communication personnelle avec Jorge Durand.
  • 4 Il est difficile d’être plus précis, car les autorités mexicaines et nord-américaines sont jalouses (...)

6L’origine des faits est assez simple à résumer, la lecture de leur production, de leur enchaînement et de leurs conséquences l’est nettement moins. Sur le premier point, il convient de dire que, tout au long de ses vingt-deux ans d’existence de 1942 à 19642, le programme bracero connu officiellement aux États-Unis comme « Mexican Farm Labor Program » s’est traduit par la signature de 4.646.199 contrats de travail et a concerné selon certains spécialistes des migrations mexicaines comme Jorge Durand3, environ un million et demi de travailleurs ; ceux-ci furent d’abord employés dans la construction de voie ferrée et dans l’agriculture et puis, à l’issue de la Deuxième Guerre mondiale, exclusivement dans le secteur agricole. Le programme a connu plusieurs moments, étant donné les différentes conjonctures (comme la Guerre de Corée entre 1950 et 1953 ou l’opération Wetback en 1954 et la reconduite à la frontière de plus d’un million de travailleurs mexicains clandestins) traversées par l’économie nord-américaine (Craig R., 1971). La plupart du temps, il s’agissait de contrats de trois mois renouvelables. C’est pourquoi aujourd’hui nombre d’ex braceros disposent de plusieurs contrats de travail correspondant à cette période. Dans chaque contrat, il était prévu juridiquement de procéder au prélèvement de 10% du salaire afin de constituer un fonds de retraite agricole que chaque travailleur devait percevoir à son retour au Mexique. Ce fonds colossal, si l’on songe à la quantité d’heure/travail et de contrats et aux intérêts produits à partir de ces cotisations, n’a jamais été reversé à l’ensemble de ses bénéficiaires. Seule une toute petite partie d’entre eux, les premiers braceros entre 1942 et 1946, ont pu percevoir cette pension4. La traçabilité du parcours suivi par ce fonds s’est par la suite évanouie dans les méandres des circuits bancaires nord-américains et mexicains. Tout ce que l’on sait aujourd’hui tient au fait que le Banco Rural (« Banrural »), devenu, Banco de Crédito Rural, après sa mise en liquidation, avait reçu pour mission de recevoir ce transfert d’argent expédié depuis les États-Unis par la Banque Wells Fargo, afin de l’administrer pour son reversement opportun à ses cotisants, les braceros. Il est difficile d’avoir aujourd’hui une idée exacte des sommes en jeu. Il est tout autant compliqué de savoir combien d’intermédiaires institutionnels et éventuellement de particuliers ont été en contact avec la circulation ou l’administration de ce fonds. Néanmoins, difficulté ne rime pas avec impossibilité. C’est pourquoi les autorités mexicaines à partir des années 2004 et 2005, et après avoir fait longtemps la sourde oreille, ont dû se résoudre, sous la pression sociale des braceros, à négocier et à proposer des solutions à leurs organisations.

Émergence et actualité du mouvement des braceros

  • 5 Afin d’y présenter une plainte internationale contre le gouvernement mexicain auprès de la Maison B (...)

7Le 12 septembre 2013 une délégation de cinq braceros représentant la Coordinadora Binacional de Ex braceros (COBIEB), fondée en décembre 2012, obtenait une audience auprès du Haut-Commissariat des Nations Unies pour exposer la situation des braceros mexicains du Mexique et des États-Unis et présenter une plainte officielle contre le gouvernement d’Enrique Peña Nieto auprès de cette instance internationale. Outre la rencontre avec les représentants des Nations Unies, l’autre objectif de ce voyage consistait aussi à remettre une lettre au Président Obama pour inviter celui-ci à donner son accord pour ouvrir au public les archives du programme bracero. Cette initiative fut le résultat d’une marche de protestation partie conjointement de plusieurs points du Mexique et des États-Unis, à la fin du mois d’août 2013 et avec pour double destination les villes de New York et de Washington5. Quelques jours plus tard, les deux contingents de braceros et de sympathisants se rejoignirent sur l’un des ponts reliant Ciudad Juárez à El Paso.

  • 6 Fideicomiso 2106 “Fondo de apoyo social para ex trabajadores migratorios mexicanos”. Ce fonds devie (...)

8Cette action a pris le nom de « Marcha histórica por una deuda histórica ». Elle est une des multiples formes de la mobilisation au Mexique qui a fait suite à la décision unilatérale du gouvernement de Peña Nieto qui, à partir de décembre 2012, au moment où il prenait ses fonctions comme chef de l’État, a mis un terme au programme d’aide sociale destiné aux braceros et à leurs ayants droit. Ce programme prévoyait, depuis sa mise en place en 2005 et la constitution du Fidéicommis 2l066, sous la tutelle du Ministère de l’Intérieur, le versement de 38 000 pesos (environ 2 200 euros) à chaque personne ayant pu prouver, documents à l’appui, sa condition de journalier agricole au moment du programme de 1942-1964. Au moment de la succession présidentielle, il y a avait encore 40 000 braceros et ayants droit qui avaient satisfaits aux conditions administratives, en attente du versement de cette indemnité. Aujourd’hui leurs droits sont déniés, à la suite de la mise en sommeil de ce programme d’aide sociale.

  • 7 Comme le laisse entendre le message officiel du Président Calderón, dire que l’on met un terme au p (...)
  • 8 Diario Oficial, «Cuadragésima, cuadragésima primera y cuadragésima segunda relaciones de apoyos pro (...)
  • 9 Certains des bénéficiaires de cette indemnité d’un montant total de 38 000 pesos par personne avaie (...)
  • 10 Selon plusieurs sources journalistiques et académiques, il y aurait dans le pays entre 500 000 et 7 (...)

9Pourtant, un an plus tôt, le 4 mars 2012, le président Calderón, depuis son natal Michoacán et la ville de Zamora, procédait, à grand renfort de presse et de télévision, à la remise des « derniers chèques » pour indemniser les braceros, leurs veuves ou leurs descendants afin – disait-il de mettre un terme à la dette historique (Becerra, A., Zimmermann J., 2012) du gouvernement fédéral mexicain, vis-à-vis de ces travailleurs agricoles migrants et pour réparer enfin cette énorme injustice. Cet acte politique et performatif7 était censé donc clore le long chapitre du contentieux lié à la situation de ces travailleurs qui avaient fait hier la croissance économique américaine et contribué à élever le niveau de vie de familles rurales mexicaines. Dans cette optique, l’effort déployé par les autorités aura été alors sans précédent, puisque, quelques jours plus tard, une liste longue de 1 152 pages et comprenant 105 552 noms fut publiée dans le Journal Officiel de la Fédération8. Cette liste mentionnait le nom des derniers bénéficiaires qui allaient recevoir une indemnité variable selon les situations9 et ce dans le cadre du programme fédéral d’indemnisation aux travailleurs migratoires mexicains braceros, mis en place à la fin du sexennat du Président Vicente Fox Quesada, en 2005. En procédant à une simple multiplication le coût de cette ultime opération politique de Calderon en faveur des braceros s’est élevé à 3 664 688 000 pesos, soit 215 569 880 euros. Néanmoins, malgré le souhait présidentiel de mettre un point final à cette situation concernant une frange significative du troisième âge de la société mexicaine10 les faits – c’est-à-dire, les organisations de lutte des braceros, leurs dirigeants, leur base, leurs actions, les raisons diverses invoquées par celles-là, la lenteur de l’administration en charge et son manque de formation et de coordination, ainsi que la présence de multiples intérêts politiques contradictoires – ont largement démenti cette intention présidentielle. Ainsi donc, l’affaire n’est pas entendue et le dossier reste loin d’être clos.

  • 11 Dont le nom est un clin d’œil au scandale politique et financier du FOBAPROA qui fut un programme d (...)
  • 12 Il est important de signaler que l’un comme l’autre bénéficient de la double nationalité mexicaine (...)

10Ces organisations, selon leur importance numérique et leur dynamisme politique, ont parfois la capacité à couvrir l’ensemble des demandes nationales, quand d’autres plus réduites s’expriment et ne se mobilisent qu’au plan régional. En l’état actuel de la recherche, il n’est pas encore possible de dresser l’inventaire précis des organisations régionales et nationales qui défendent et promeuvent la cause des braceros auprès de la classe politique mexicaine, des médias et présentent leurs doléances auprès des pouvoirs publics. Braceroproa11 est l’une des principales organisations de retraités des accords braceros au niveau national. Cette association se ramifie en plusieurs coordinations régionales dont le bastion se situe dans l’État de Michoacán d’où est originaire (Puruándiro) son leader historique, Ventura Gutiérrez Méndez. Le groupe Braceroproa s’est constitué, autour des années 2005-2006, en une association civile qui revendique l’adhésion de plusieurs milliers de membres. Elle prend alors le nom d’Assemblée Nationale des Personnes Âgées (ANAM pour son sigle en espagnol). Braceroproa devient à la suite de cette création un projet conduit dans le cadre de cette association. L’intention des dirigeants et de Ventura Gutiérrez est alors d’élargir la base des sympathisants en occupant le créneau large que constitue le troisième âge mexicain et en pérennisant l’élan protestataire des braceros canalisé par Braceroproa. Cette mutation s’explique aussi par les crises traversées par cette organisation. Il faut commencer par mettre en avant la rupture entre Ventura Gutiérrez et Baldomero Capiz, son plus fidèle lieutenant entre 2000 et 2004. Originaire en partie comme lui du Michoacán (Uruapan) et parent du fameux leader paysan Efren Capiz fondateur de l’UCEZ («Unión de Comuneros Emiliano Zapata»), Baldomero Capiz fonde, au milieu des années 2000 et à la suite de ce divorce, sa propre organisation, «l’Union binationale des anciens travailleurs agricoles mexicains» (Schaffhauser Ph., 2009 : 79). La cause de la rupture entre les deux hommes tient aux accusations de corruption lancées par Gutiérrez à l’encontre de Capiz12. Cette crise a entraîné Braceroproa à mener, à plusieurs reprises, des opérations « mains propres » pour chasser de son sein tous les coordinateurs soupçonnés de corruption et à les traîner devant la justice mexicaine, mais en fait ces actions ont aussi permis d’écarter du pouvoir détenu par Ventura Gutiérrez tous les prétendants à celui-ci et de faire taire ainsi la critique interne. Cette situation a entraîné le départ de sections importantes de Braceroproa, comme celle du Zacatecas en désaccord avec les options choisies par Braceroproa et son leader Ventura Gutiérrez. Elle a conduit, notamment, à la création d’une vigoureuse organisation de défense locale des braceros baptisés « Ex braceros en Lucha », groupe constitué en association civile.

  • 13 Au moment où les braceros, qui ont rempli toutes les conditions, s’apprêtent à toucher leur chèque (...)

11Face au mouvement des braceros qui, au début des années 2000, s’est traduit par des actions spectaculaires comme l’invasion d’une propriété du Président Fox Quesada en février 2004 par plus de 2 000 braceros, les autorités mexicaines ont répondu par la mise en place en décembre 2005 du Fonds d’indemnisation 2106 destiné à octroyer aux braceros une aide sociale servant de compensation financière. Dans l’esprit du gouvernement, il n’était pas question de rembourser aux braceros ce que l’État mexicain leur devait, mais de transformer cette responsabilité en un programme ponctuel d’assistance sociale pour cette catégorie du troisième d’âge. Cette nuance a son importance parce que, dès le début des négociations, les autorités mexicaines ont engagé la discussion avec les parties concernées sur un terrain glissant et ambigu : d’un côté les organisations considérèrent que le paiement de cette indemnité n’était qu’un commencement dans la réparation du préjudice, tandis que de l’autre, les autorités mexicaines ont conçu ce programme d’indemnisation comme une manière de mettre un terme au problème bracero13. Grâce au glissement sémantique du concept de « paiement » vers celui « d’aide » ou « d’indemnisation », il s’est agi en quelque sorte de faire disparaitre le problème bracero et du même coup de faire disparaître les dizaines de milliers de retraités et de familles, principalement issus du milieu rural, qui se tenaient physiquement derrière celui-ci.

  • 14 Entre juillet 2009 et septembre 2010, l’Etat ne versera plus que 4 000 pesos aux braceros et à leur (...)

12Après une période de quelques mois de négociation entre organisations et gouvernement, il est décidé que ce fonds versera à chaque bracero encore vivant ou à sa veuve la somme de 38 000 pesos en un seul versement et à la condition que celui-ci puisse prouver son identité et sa qualité de travailleur inscrit dans ce programme. Formulaire rempli avec un numéro de dossier, originaux de contrats de travail, permis de séjour nord-américain (« mica café » o « brown card »), pièce d’identité et deux extraits d’acte de naissance sont les documents à fournir pour remplir les conditions. Dans un deuxième temps, l’État de manière unilatérale décide que le paiement de l’indemnité se fera par tranche, en fonction du budget assigné à ce dossier, et donc au lieu de verser 38 000 (somme moyenne qui ne tient bien évidemment pas compte du nombre de contrats et des années passées à travailler aux États-Unis, dans le cadre de ce programme) n’est versée aux braceros ou à leur veuve que la somme de 4 000 pesos annuels14. En outre, dans la mesure où le budget alloué est pensé alors en fonction des effets de la crise financière de 2008, c’est-à-dire revu et corrigé à l’aune de la conjoncture sociale et économique, il est envisagé de payer cette indemnité sur une période de près de 20 ans, cela signifie que le gouvernement joue la montre et fait le pari que tous les braceros ou leur épouse seront morts avant, ce qui entraînera la fin du versement et des économies possibles à réaliser pour le budget de l’État. Devant le tollé et l’opposition des organisations les pouvoirs publics feront finalement marche arrière et reviendrons à la première modalité de versement de l’indemnité.

Le mouvement des braceros comme problème public

  • 15 Autrement dit, un poids mort, puisque les braceros sont des retraités, c’est-à-dire des gens qui ne (...)

13Plusieurs remarques s’imposent pour commenter l’instauration de cette politique destinée à régler le « problème bracero ». En premier lieu, « le problème bracero » est en fait le problème de l’État mexicain vis-à-vis de citoyens mexicains partis travailler légalement aux États-Unis. En ce sens, il s’agit d’un problème public et non pas « du problème des braceros». Leurs organisations s’emploient donc à faire valoir un droit social et expriment une revendication légitime fondée sur le non-respect de l’une des obligations de l’État mexicain stipulée dans les contrats de travail : administrer un fonds de retraite et assurer le versement de celui-ci aux intéressés. De son côté, l’État transforme ce problème public en une charge15 pour celui-ci et fait ployer le sort des braceros et de leur famille sous le poids de son administration lente et inexperte en ce domaine. Par ailleurs et c’est là un fait important à signaler, le gouvernement de Vicente Fox Quesada, puis celui de Felipe Calderón ont fait le choix de renoncer à mener une enquête judiciaire afin de déterminer les responsabilités et les éventuelles culpabilités en matière pénale à propos de la disparition de ce fonds de pension (et des intérêts générés depuis 1964). En effet, les autorités continuent à soutenir qu’il est impossible de reconstruire la traçabilité du circuit financier emprunté par cet argent devenu depuis fantôme. Cette position contribue à alimenter l’idée répandue dans les médias et dans la société civile que l’État et ses institutions sont à l’origine de la corruption et de l’impunité qui symbolisent les difficultés de la société mexicaine pour assainir la vie publique et encourager la culture démocratique (Schaffhauser Ph., 2012 : 227-231). Les braceros partagent assez largement cette idée.

  • 16 À ce propos signalons la situation d’un bracero de Zacatecas qui s’est présenté, il y a quelques an (...)

14La liste administrative des pièces à fournir par les braceros pour engager la procédure d’indemnisation laisse de côté d’autres documents susceptibles d’attester la véracité de l’identité du déclarant : diplôme et reconnaissance pour travail rendu, lettres de recommandation, carte de la sécurité sociale américaine, photos, lettres et autres documents permettant de prouver le bien-fondé du retraité migrant et qui pourraient constituer d’autres éléments de preuve à prendre en compte16. Le plus cocasse dans cette affaire, c’est que le fonds mis en place par le Ministère de l’Intérieur et piloté par celui-ci ne reconnaît pas la validité des cartes de travail que ce même ministère délivrait à l’époque pour ces travailleurs internationaux, au moment de leur embauche et de leur départ pour les États-Unis. Nous avons affaire à une sorte de ministère schizophrénique qui n’est plus responsable des documents et des titres qu’il a produit, à un moment donné de son histoire.

15Une autre conséquence liée à la mise en place de ce fonds et aux règles administratives établies par les autorités mexicaines tient à la division de la catégorie des braceros en deux groupes distincts : il y a ceux qui remplissent les conditions pour bénéficier de cette aide publique et ceux qui ne le peuvent pas, ce qui, de ce fait, crée un biais dans la représentation sociale du « problème bracero » par la puissance publique en plaçant dans l’illégitimité plus de la moitié de ceux qui furent braceros. Si l’on reprend les chiffres évoqués plus haut à propos de la réunion entre le Président Calderón et les braceros et si l’on tient compte des propres propos du chef de l’État mexicain, qui considérait alors que ces remises de chèques étaient les dernières et lui permettaient de clore ce dossier, cela signifie que sur près de 500 000 braceros encore vivants (hypothèse basse qui, en outre, ne tient pas compte des conjointes et de leurs enfants et petits-enfants) le gouvernement n’aura indemnisé, entre 2005 et 2012, que 213 980 personnes, ce qui représente au mieux 42,79% de ce total. Si maintenant on rapporte ce chiffre à l’estimation faite par Jorge Durand (1 500 000 braceros au total) le taux d’indemnisation chute alors à 14,26%. Autrement dit, non seulement le montant de l’indemnité est sans doute bien loin de ce qui est devrait être versé à chaque bracero ou à leurs ayants droit au regard des sommes gagnées dans le cadre du programme bracero, mais en outre ce n’est en réalité qu’une infime partie de cette catégorie de travailleurs internationaux qui aura été bénéficiaire de cette manne publique. Il est clair qu’une telle situation ne peut qu’entraîner la colère des braceros et de leurs organisations et les pousser à se mobiliser davantage.

16La méfiance des autorités vis-à-vis des demandeurs est de bonne guerre. Cette attitude est constitutive du mode de fonctionnement bureaucratique aujourd’hui. Bien souvent, la relation entre l’administration et l’usager repose, au Mexique comme ailleurs, sur la suspicion de la première envers le second. C’est donc au bracero de prouver qu’il est ce qu’il prétend être, selon des critères établis par l’administration et ce en fonction de sa propre représentation du problème. Au fond, avoir été bracero aux États-Unis entre 1942 et 1964, c’est pour l’administration en charge comme avoir été victime d’une catastrophe naturelle dans laquelle l’intéressé perd sa maison et tous ses biens : ce dernier doit alors prouver qu’il est bel et bien une victime et non pas un fraudeur. Autrement dit, avoir été bracero et avoir été spolié de son droit à percevoir une retraite pour laquelle il a cotisé ne sont pas des situations de nature à créer des droits. Ce qui ouvre des droits ce sont des documents et non pas une condition de vie et le témoignage d’une expérience. Il s’agit là d’une curieuse manière de procéder de la part des autorités mexicaines pour réparer une injustice sociale.

17Toutefois, la compréhension du mouvement social des braceros, à l’image de nombre de mouvements sociaux consistant à réparer une injustice, ne saurait être aussi manichéenne qu’il y paraît au premier abord. Il n’y a pas d’un côté des « gentils braceros » et de l’autre un « mal gobierno » (mauvais gouvernement) pour reprendre l’expression popularisée par les néo-zapatistes depuis 1994. Les organisations et les associations qui portent cet élan social national ne sont pas toutes blanches comme neige. Tout d’abord, les différentes scissions dans certaines organisations sont la marque de conflits entre leaders, chacun accusant l’autre de corruption et de parler injustement au nom de la cause des braceros. Ensuite, il n’est pas dans l’intérêt de ces derniers à moyen terme que le confit trouve une issue, car le règlement du conflit les laisserait sans travail, c’est-à-dire sans revenus. Plus le conflit dure et même plus il s’enlise jusqu’à un certain point et plus les leaders de ces organisations parviennent à tirer un parti personnel de ces impasses. Au fond, le travail de certains leaders consistent alors à maintenir, au moins sur le plan rhétorique, intacte la foi de la base sur l’issue prochaine du conflit, tout en ne faisant pas tout ce qu’il faut pour que le conflit social puisse trouver un règlement conforme aux intérêts exprimés dans le mandat populaire qui leur a été confié. Il y a là une évidente contradiction et c’est le reproche qui a été fait à Braceroproa et à son leader Ventura Gutiérrez. C’est en tout cas ce qui a motivé la séparation de la branche régionale de Braceroproa au Zacatecas qui a repris sa liberté d’action et s’est constituée en association indépendante. Enfin, la possibilité de percevoir une indemnité, une manne providentielle, a pu susciter, ici et là, dans les familles rurales du Mexique profond des formes de cupidité intrafamiliale bien dérisoire au regard des sommes mises en jeu.

18Mais ce tableau noir n’est heureusement pas celui de toutes les familles de braceros. Chaque famille souhaite comprendre comment et pourquoi leur père ou leur grand-père a-t-il pu être autant méprisé et laissé pour compte, pendant de si longues années. Souffle sur le sort des braceros un parfum d’anciens combattants, de ceux qui avaient cru remplir dignement une mission, dont le sens s’est perdu au fil des ans. Un autre point important à souligner ici tient à la participation des femmes, conjointes, épouses ou veuves de braceros (Schaffhauser Ph., 2012 : 221). Sans l’engagement sans failles de celles-ci, le mouvement des braceros se serait sans doute rapidement essoufflé. Il est important de comprendre aussi que pour ces femmes, il s’agit aussi de faire valoir un droit à la dignité lié à leur rôle, par ailleurs tenu dans l’ombre pendant des décennies, de conjointes, épouses ou concubines, de travailleurs agricoles migrants ayant vécu une séparation forcée avec tous les maux et les troubles psychologiques que ce genre de situation impose assez régulièrement à celles qui n’ont d’autre choix que celui d’attendre et de faire de la patience une vertu. Dans certaines familles de braceros et pour la deuxième ou troisième génération, l’histoire du père ou du grand-père, qui fut bracero, n’est pas qu’une simple affaire d’argent, mais prend surtout le sens d’une lutte pour la reconnaissance, le respect et la dignité vis-à-vis de ceux qui, à la sueur de leur front, ont contribué à élever le niveau de vie de familles paysannes. Entre générations, il y a un devoir de mémoire à faire et la nécessité de transmettre entre elles le témoin d’une cause visant à faire reconnaître publiquement ces valeurs perdues ou bafouées.

  • 17 Toute proportion gardée, le mouvement des braceros a quelque chose en commun avec le mouvement des (...)
  • 18 Au Mexique « l’ejido » est une unité de terres appartenant à l’État depuis 1915 et laissées à des p (...)

19Dans un autre domaine, la création de nouvelles associations de braceros, comme c’est le cas au Zacatecas avec Ex braceros en Lucha groupe constitué en 2010 et forte, selon ses dirigeants de plus de 7 000 membres, a contribué à politiser davantage ce mouvement en lui donnant une orientation progressiste sur l’échiquier politique mexicain et sur la scène nationale des mouvements sociaux. Alors que la mobilisation des braceros n’est pas à comprendre au départ comme l’expression d’un choix politique et partisan, et c’est là toute la différence entre le politique et la politique, entre participer à la vie publique (et en particulier à l’élargissement de l’espace démocratique local) et agir au nom d’une idéologie ou d’un parti pris politique17, le développement de leur mouvement ne tarde pas à attiser les convoitises politiques de tous bords et les tentatives de récupération et de détournement de sens. C’est ainsi que, dans le cas du Zacatecas, l’association Ex braceros en Lucha fait partie du Frente Social por la Soberanía Popular qui, outre les migrants retraités, regroupe par ailleurs toute une série de secteurs de la société du Zacatecas : mineurs en lutte du site de Sombrerete, paysans éjidataires18, groupes populaires de quartiers défavorisés, entre autres. Les leaders de cette association de braceros et afin de donner un écho plus important à la lutte et à ses revendications ont négocié l’affiliation (entérinée en août 2011) de leur association à la Fédération Syndicale Mondiale dont le siège est à Athènes. Ils ont par ailleurs réussi un rapprochement politique et stratégique avec d’un côté la mouvance de l’AZLN dont est issue une partie des cadres de cette association et de l’autre avec le Mouvement de Régénération Nationale (MORENA), à la tête duquel se tient l’ancien maire de Mexico, Andrés Manuel López Obrador.

20Néanmoins, les organisations de braceros ne sont parvenues à ce jour à se constituer que partiellement en un front uni, afin de donner davantage de poids à leur lutte pour faire pression sur les autorités. C’est autour de la COBIEB que ce rassemblement s’est fait. Ce demi-succès s’explique par les tensions et les querelles en leur sein ou entre elles. Ainsi, Braceroproa en guerre ouverte avec l’Association Ex braceros en Lucha, reste en dehors de cette union tout comme l’organisation de Baldomero Capiz, lui-même dissident de Braceroproa. En outre, le groupe Ex braceros en Lucha a subi une scission avec le départ de l’un de ses fondateurs entré en désaccord avec Efrain Arteaga. Cette situation permet de comprendre l’état de fragmentation du mouvement et ses contradictions, ce qui, cela va sans dire, fait le jeu des pouvoirs publics qui gagnent du temps et produisent un pourrissement dans la rencontre de solutions idoines au conflit.

  • 19 Observation directe de l’assemblée régionale de l’association Ex braceros en lucha, Noria de Angele (...)

21Au niveau de la base, c’est-à-dire des braceros eux-mêmes, de leur famille et de leurs ayants droit il y a plusieurs choses à observer. En premier lieu, au sujet de la relation avec l’administration en charge du dossier, il convient de de dire, comme le font par ailleurs remarquer les dirigeants de l’association Ex braceros en Lucha19, qu’il existe trois catégories bureaucratiques de demandeurs :

  • il y a ceux qui remplissent les conditions fixées unilatéralement par l’administration,

  • ceux qui ne les remplissent qu’en partie et

  • ceux qui ne les remplissent pas du tout, puisque leur autobiographie est la seule preuve de leur bonne foi.

  • 20 Comme c’est le cas de l’économiste Victor Corona Loera à qui l’on doit l’élaboration d’un guide d’e (...)

22Cette distinction à son importance. Elle signifie que pour l’administration les braceros au sens plein du terme ne correspondent qu’à la seule première catégorie. Elle va déboucher, par ailleurs, sur une initiative originale et sans doute révolutionnaire dans le traitement des procédures d’indemnisation et de réparation d’un préjudice. Reposant sur la méthode des entretiens semi-directifs, elle vise à prendre en compte tous les braceros et même leur veuve et leurs enfants qui se doivent alors de prouver par leur témoignage la véracité de ce qu’ils prétendent avoir été. Cette initiative, conçue et soutenue par l’association Ex braceros en Lucha et quelques universitaires de l’Université Autonome de Zacatecas20, s’est mise en place dans le Zacatecas en 2010. Elle a permis d’indemniser des braceros ou des veuves de ces derniers qui n’avaient aucun document à faire à valoir. Autrement dit, cette solution qui n’a cours que dans cet État du Mexique, et dont l’association Ex braceros en Lucha qui l’a proposée souhaiterait qu’elle soit étendue à tout le pays, contribue à prendre en compte tous les braceros et leur famille quels qu’ils soient. À terme, cette initiative audacieuse permettrait de sortir de l’illégitimité la catégorie des « braceros sans papiers » que l’administration a construite depuis fin 2005, moment où s’est mis en place le programme d’aide sociale aux braceros. Il est intéressant de noter au passage que cette expérience du Zacatecas n’est pas partagée par toutes les organisations de braceros qui opèrent dans le pays. Ainsi, Braceroproa a, toujours, exclu de son action les braceros sans papiers, faisant le jeu de l’administration mexicaine en apparaissant comme un premier filtre dans la sélection des demandes à traiter. La raison tient au fait que Braceroproa a fait le choix d’engager parallèlement une action en justice pour assigner l’État mexicain à comparaître devant un tribunal ou une cours compétente, afin que l’indemnité versée aux braceros ne se limite pas au simple versement d’une aide sociale, mais corresponde au remboursement total de ce qui leur est dû. Pour cela, la stratégie a consisté à présenter, selon la logique du droit positif, des dossiers comprenant des documents ayant valeur de pièces à conviction. D’un autre côté, l’enquête que nous avons menée dans le Michoacán montre, que des trois catégories administratives de braceros mentionnées plus haut, celle qui correspond aux personnes ayant été totalement indemnisées a du mal à rester mobilisée et à se solidariser pour les camarades en liste d’attente. C’est pour pallier cette désaffection que Braceroproa a opéré une mutation vers 2006 en se constituant en association civile, ANAM, afin de conserver la fidélité de « ses braceros », grâce à l’élargissement des revendications de ces derniers à celles des personnes âgées en tant que catégorie sociale vulnérable.

  • 21 Depuis 2001, l’État de Californie célèbre le jour du bracero qui commémore l’arrivée des 1 500 prem (...)

23Cette chronologie des faits donne une idée de l’intérêt sociologique à étudier un tel mouvement qui s’inscrit à contre-courant d’autres mouvements sociaux, dans la mesure où il concerne des retraités peu habitués au Mexique à sortir de chez eux pour aller défiler en défiant l’autorité et faire valoir leurs droits ; de surcroît il s’agit d’anciens actifs migrants, soit une catégorie elle aussi peu habituée à se mobiliser (Durand J., 2006) et la plupart du temps discrète sur les scènes politiques mexicaine et nord-américaine, en dépit de quelques avancées ces dernières années. Enfin, par l’étude de ce mouvement dont les causes ont été passées sous silence pendant des décennies par les gouvernements priistes entre 1964 et 2000, se pose la question du devoir de mémoire au regard de l’histoire des migrations mexicaines aux États-Unis, puisque par exemple et à la différence de ce dernier pays qui consacre un jour de l’année à célébrer le bracero mexicain21, rien de tel n’existe au Mexique : Les braceros sont non seulement laissés pour compte de ce fonds de pension pour lequel ils se battent, mais ils sont aussi les oubliés de l’histoire contemporaine mexicaine. Mon travail contribue à sa manière à mettre au jour ce problème public (Neveu E., 1999).

Conclusion : Enseignements à tirer du mouvement bracero au Michoacán et dans le Zacatecas

24Les États de Zacatecas et du Michoacán sont sociologiquement très représentatifs de ce mouvement du XXIe siècle. Les raisons de cette condition tiennent en grande partie au fait qu’il s’agit de deux des principales terres de l’émigration historique mexicaine et rurale vers les États-Unis. Différences et similitudes se croisent pour évoquer le sort des braceros dans ces deux parties du Mexique. Si Braceroproa exerce un quasi-monopole dans la représentation de cette cause sociale au Michoacán, ce n’est pas le cas au Zacatecas, où l’association des Ex braceros en Lucha doit composer avec d’autres organisations, plus petites, mais toutes aussi nombreuses et bien implantées localement. Au Michoacán, Braceroproa a fait le choix de respecter la plupart des décisions des autorités, en dépit d’une rhétorique destinée à rassurer la base du mouvement quant à l’engagement et la moralité sans faille de ses dirigeants et leur volonté de faire plier sans délai le gouvernement. Si le discours de Braceroproa est incisif, ses résultats restent pourtant mitigés pour les braceros, puisque par exemple, cette association ne reconnaît pas les droits des « braceros sans papiers » et, en ce sens, fait le jeu de la bureaucratie mexicaine, en assumant pleinement les critères de celle-ci pour construire qui de droit est bracero et qui ne l’est pas. Par ailleurs, le Michoacán ne dispose pas d’un fonds d’indemnisation propre comme c’est le cas du Zacatecas depuis 2010, tout en sachant que ce budget n’est pas tombé du ciel, mais a été le fruit d’une lutte et d’une négociation des braceros avec le gouvernement local.

25En outre, si les associations Braceroproa et Ex braceros en Lucha A. C. sont deux organisations qui sympathisent avec la classe politique et en particulier avec le parti du MORENA, elles se différencient sur un point essentiel qui tient à l’intérêt personnel ou non de leurs principaux dirigeants. Ainsi, Ventura Gutiérrez est petit-fils de bracero et sa grand-mère lui a fait jurer, dit-il, qu’il rendrait justice à son grand-père. Pour sa part, Efrain Arteaga n’a, au départ, rien à voir avec le monde des braceros. Il s’agit d’un universitaire, militant de gauche qui a livré bataille sur tous les fronts sociaux au Zacatecas, depuis plus de 40 ans. C’est pourquoi la projection politique de l’un et de l’autre sur les associations qu’ils conduisent diffère : Braceroproa constitué en ANAM est un partenaire social du gouvernement sur la question des migrants retraités, alors que Ex braceros en Lucha se veut partie prenante d’un mouvement progressiste qui apporte sa pierre à l’édifice de luttes sociales plus larges et vise à faire du Mexique le pays d’une démocratie en marche. Il est intéressant de noter au passage que si Ventura Gutiérrez est bien le président d’ANAM et donc de Braceroproa, la principale branche de cette association, Arteaga n’est que le simple porte-parole de l’association Ex braceros en Lucha.

26Ce sont donc deux directions distinctes empruntées par ces associations qui caractérisent le mouvement des braceros dans le Michoacán et dans le Zacatecas. La conjonction de ces deux expériences amène le sociologue à s’interroger sur la nature de ces mouvements. La réponse revient à repenser la dynamique des mouvements sociaux aujourd’hui, plus fragmentés, plus thématisés et moins politiques et moins idéologisés que jadis. Il est clair que le mouvement des braceros n’a rien à voir avec le mouvement ouvrier du début du XXe siècle, mais en tant qu’expression du troisième âge mexicain il n’est pas sans rappeler les actions menées par les groupes minoritaires et sans pouvoir (femmes, homosexuels, groupes religieux ou ethniques luttant pour le droit à exister publiquement). En dépit des contrastes et des clivages, le mouvement des braceros au Zacatecas et au Michoacán contribue, par le jeu des négociations qu’il impose au gouvernement, à ré-institutionnaliser les institutions publiques mexicaines enjointes à se comporter comme telles. Cette tendance à agir et faire réagir l’institution, qui s’est éloignée de ses missions de service public, c’est ce que j’ai appelé dans un précédent article (Schaffhauser Ph., 2009 : 91), « la foi pragmatique » des braceros dans les institutions de leur pays pour leur rendre justice : foi, parce qu’il est question de confiance et de croyance ; et pragmatique, parce qu’il ne s’agit pas d’une confiance aveugle, mais de veiller à obtenir par la mobilisation des preuves de confiance. Nous avons affaire, en ce sens, à une action sociale d’avant-garde et porteuse d’une avancée sociale dans la formation d’une culture politique nationale, car les retraités occupent rarement les devants de la scène publique et politique mexicaine. Les braceros sont devenus désormais de nouveaux citoyens et non plus des électeurs en fin de vie : leurs protestations enjoignent l’État, ses institutions et le gouvernement à se comporter de manière responsable et sans faux-fuyants.

27Ce mouvement, comme tout mouvement social, tend à créer de nouvelles valeurs, c’est-à-dire de nouvelles manières d’être et d’entrer en relation avec les autres. En tant que conflit social, il produit des effets structurants en élargissant la scène politique mexicaine par la présence et l’expression des braceros et, en ce sens, il contribue à renforcer le jeu démocratique et citoyen (Simmel G., 1992 [1912]). La dignité et le respect des braceros sont des valeurs mises en action qui soulignent le droit d’avoir été ce que ces hommes sont devenus aujourd’hui : des retraités de la migration internationale. Ces valeurs confèrent à ce mouvement une dimension sacrée, c’est-à-dire un sens intérieur (Turner V., 1990). Il s’agit là de l’expression d’une foi en action (Joas H., 1999 : 79-153) : il faut croire dans la justesse de sa cause pour la mettre en mouvement et agir pour elle. La croyance et l’identité sociale apparaissent alors comme deux vecteurs importants de la mobilisation des braceros. Ce mouvement à contre-courant des tendances sociologiques, qui caractérisent les mouvements sociaux liés habituellement au monde du travail, au genre ou à la jeunesse, est un signe que la citoyenneté n’a pas d’âge et ne prend jamais sa retraite. En ce sens, les braceros mexicains ne sont pas disposés à tirer leur révérence et à attendre la mort en restant prostrés sur un banc public de la place principale de leur commune. La dignité, la justice et la foi dans leur pays les poussent encore à agir, malgré le poids des ans.

Haut de page

Bibliographie

Becerra, Alejandro y Zimmermann Alejandro « Se paga deuda histórica a los braceros: Calderón » El Sol de Zamora, 5 de marzo de 2012 http://www.oem.com.mx/elsoldezamora/notas/n2454015.htm, page consultée le 10 avril 2012.

Bustamante, Jorge, « Espaldas mojadas, materia prima de la expansión del capitalismo norteamericano», Cuadernos del centro de Investigaciones Sociológicas, Colegio de México, 1976, 46 p.

Calavita, Kitty, Inside the State: The bracero program, immigration, and the I.N.S, New York, Routledge, 1992, 296 p.

Craig, Richard B., The bracero program: Interest groups and foreign policy, Austin-London, University of Texas Press, 1971, 233 p.

Diario Oficial, «Cuadragésima, cuadragésima primera y cuadragésima segunda relaciones de apoyos programados del fideicomiso 2106. Fondo de apoyo social para extrabajadores migratorios mexicanos», Fideicomiso 2016, Secretaría de Gobernación, 2 de marzo de 2012, 1152 p. http://www.dof.gob.mx/extrabmigmex/Lista_40_41_42.pdf

Durand, Jorge, « El Programa bracero (1942-1964). Un balance crítico », Migración y Desarrollo no 9. 2007, p. 27-44.

Durand, Jorge, « Aquí estamos, aquí nos quedamos », MX Sin Fronteras no 36, 2006, p. 6-9.

Durand, Jorge et al., Braceros: las miradas mexicana y estadounidense. Antología, 1945-1964, Zacatecas, Universidad Autónoma de Zacatecas, Senado de la República. LX Legislatura, 2007, 520 p.

Neveu Erik « Approche constructiviste des « problèmes publics ». Un aperçu des travaux anglo-saxons », Études de communication 22, 1999, p. 41-58.

Joas, Hans, La créativité de l’action, Paris, Le Seuil, 1999, 320 p.

Schaffhauser, Philippe, « Consecuencias del Norte: El movimiento de los ex braceros (1942-1964) como hecho cultural », in Yerko Castro Neira (éd.), La migración y sus efectos en la cultura, México, Conaculta, 2012, p. 211-245.

Schaffhauser, Philippe, « L’or des migrants : retraite et dignité pour les vétérans des accords braceros (1942-1964) » in Francoise Lestage, Problèmes d’Amérique Latine, Numéro 75, Hiver 2009-2010, p. 75-91.

Simmel, Georg, Le conflit, Paris, Circ, 1992 [1ère ed 1912], 166 p.

Turner, Victor Witter, Le phénomène rituel. Structure et anti-structure, Paris, Presses Universitaires de France, Ethnologies, 1990, 213 p.

Haut de page

Notes

1 L’étymologie provient du mot « bras » (brazo en espagnol). Le « bracero » est un journalier dont les bras sont le principal outil de travail.

2 Il existe une polémique autour de la date réelle qui marque la fin des accords braceros. Selon Wayne Cornelius, Vernon Briggs et Jorge Bustamante (1976: 27), et sur la base de sources émanant du Ministère du Travail nord-américain, 37 580 contrats de travail ont été signés après 1964 et jusqu’en 1967. Aujourd’hui, plusieurs organisations de braceros, comme Ex braceros en lucha du Zacatecas, reprennent à leur compte ces chiffres pour exiger que les braceros de cette période soient inclus dans le programme d’aide du gouvernement.

3 Communication personnelle avec Jorge Durand.

4 Il est difficile d’être plus précis, car les autorités mexicaines et nord-américaines sont jalouses de leurs informations et leurs archives sur le programme n’ont à ce jour pas encore été déclassées et rendues accessibles pour l’opinion publique.

5 Afin d’y présenter une plainte internationale contre le gouvernement mexicain auprès de la Maison Blanche.

6 Fideicomiso 2106 “Fondo de apoyo social para ex trabajadores migratorios mexicanos”. Ce fonds devient 10230 en septembre 2012.

7 Comme le laisse entendre le message officiel du Président Calderón, dire que l’on met un terme au problème équivaut à accomplir verbalement et en situation de parole la conclusion du « problème bracero », ce qui sociologiquement parlant se comprend alors comme un argument d’autorité, un décret, et non pas comme la description discursive d’un processus.

8 Diario Oficial, «Cuadragésima, cuadragésima primera y cuadragésima segunda relaciones de apoyos programados del fideicomiso 2106. Fondo de apoyo social para ex trabajadores migratorios mexicanos», Fideicomiso 2016, Secretaría de Gobernación, viernes 2 de marzo de 2012, 1152 p. http://www.dof.gob.mx/extrabmigmex/Lista_40_41_42.pdf

9 Certains des bénéficiaires de cette indemnité d’un montant total de 38 000 pesos par personne avaient déjà perçu la somme de 4 000 pesos au cours des mois précédents, ce qui explique qu’elles ne reçurent à cette occasion qu’un chèque de 34 000 pesos. J’ajoute qu’une infime minorité (18) ont reçu 30 000 pesos, étant donné qu’elle avait déjà perçu 8 000 pesos en deux paiements de 4 000 pesos chaque fois.

10 Selon plusieurs sources journalistiques et académiques, il y aurait dans le pays entre 500 000 et 750 000 braceros encore vivants.

11 Dont le nom est un clin d’œil au scandale politique et financier du FOBAPROA qui fut un programme du gouvernement d’Ernesto Zedillo (1994-2000) destiné à sauver le système bancaire mexicain de la faillite, à la suite de la crise économique de 1995.

12 Il est important de signaler que l’un comme l’autre bénéficient de la double nationalité mexicaine et nord-américaine, ce qui a permis, entre autres, de conférer très tôt une dimension « transnationale » au mouvement des braceros.

13 Au moment où les braceros, qui ont rempli toutes les conditions, s’apprêtent à toucher leur chèque d’indemnisation, on leur fait signer auparavant une lettre dans laquelle s’ils s’engagent à ne plus intenter dans le futur d’action en justice contre l’État mexicain. Sur un plan juridique, la valeur de ce document est très contestable, puisque ce n’est pas à l’Etat de dire si une action en justice est légale ou non et, en outre, celui-ci ne peut exercer de pression sur celles ou ceux qui veulent saisir la justice.

14 Entre juillet 2009 et septembre 2010, l’Etat ne versera plus que 4 000 pesos aux braceros et à leur famille. La mobilisation et la pression des organisations feront revenir en arrière les autorités sur cette décision, dont l’effet en trompe-l’œil aura été d’indemniser davantage de personnes tout en versant moins d’argent.

15 Autrement dit, un poids mort, puisque les braceros sont des retraités, c’est-à-dire des gens qui ne produisent plus.

16 À ce propos signalons la situation d’un bracero de Zacatecas qui s’est présenté, il y a quelques années, devant l’administration pour faire une demande d’indemnisation. Il était muni d’un journal de New-York (il n’avait pas en sa possession de documents officiels) où il apparaît pris en photo avec ses camarades mexicains dans un article consacré à la migration mexicaine, pendant la deuxième guerre mondiale. Son nom apparaissait en légende au bas de la photo. En dépit de la présentation de cette pièce à conviction, sa demande fut rejetée.

17 Toute proportion gardée, le mouvement des braceros a quelque chose en commun avec le mouvement des indignés en Espagne, puisque las et fatigués par tant de mensonges, de temps perdu traduit en une incommensurable patience, l’action des braceros vise à recouvrir leur dignité perdue dans les méandres de cette histoire contemporaine des migrations mexicaines aux États-Unis.

18 Au Mexique « l’ejido » est une unité de terres appartenant à l’État depuis 1915 et laissées à des paysans « l’éjidataires » qui les exploitent soit individuellement soit collectivement en coopératives de production.

19 Observation directe de l’assemblée régionale de l’association Ex braceros en lucha, Noria de Angeles, Zacatecas, 24 février 2012.

20 Comme c’est le cas de l’économiste Victor Corona Loera à qui l’on doit l’élaboration d’un guide d’entretien visant à tenir compte de ceux que, faute de justificatifs, l’administration fédérale a exclus de ses listes.

21 Depuis 2001, l’État de Californie célèbre le jour du bracero qui commémore l’arrivée des 1 500 premiers braceros à Stockton, le 29 septembre 1942. Dans la ville de Fresno, une statue a été érigée en 2002 en l’honneur des braceros.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Schaffhauser, « Le droit d’avoir migré : Émergence et constitution du mouvement des braceros (Journaliers agricoles mexicains aux États-Unis, 1942-1964) », IdeAs [En ligne], 6 | Automne/Hiver 2015, mis en ligne le 02 décembre 2015, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://ideas.revues.org/1065 ; DOI : 10.4000/ideas.1065

Haut de page

Auteur

Philippe Schaffhauser

Né à Wixhausen (Allemagne) en 1964, Philippe Schaffhauser est sociologue. Docteur de l’Université de Perpignan via Domitia (1997), où il a par la suite été maître de conférences au département de sociologie de 1999 à 2007. Il est depuis 2008 en poste au Centro de Estudios Rurales du Colegio de Michoacán, au Mexique. Il est membre du Système National des Chercheurs du CONACyT, niveau II. Ses domaines de recherche portent sur les migrations mexicaines aux États-Unis et les relations entre sciences sociales et pragmatisme. schaffhauseratcolmich.edu.mx

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
IdeAs – Idées d’Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page