Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Luis Camnitzer, Olivier Compagnon, Alfonso Morales Carrillo, América Latina 1960-2013 : Photographies

Paris, Fondation Cartier pour l'art contemporain, 2013, 392 p.
Timothée Engasser
Référence(s) :

Luis Camnitzer, Olivier Compagnon, Alfonso Morales Carrillo, América Latina 1960-2013 : Photographies, Paris, Fondation Cartier pour l'art contemporain, 2013, 392 p.

Texte intégral

1De l’exposition América Latina 1960-2013 : Photographies, visible pendant plusieurs mois à la Fondation Cartier pour l'art contemporain à Paris, puis exportée au Mexique au Museo Amparo à Puebla en 2014, est né ce livre ambitieux qui se propose de faire un panorama diversifié des différentes pratiques photographiques au sein du continent sud-américain sur plus d'un demi-siècle. Son champ d'application, a priori extrêmement vaste, est remis en contexte par des textes introductifs précédant chaque partie et classant les différents photographes au sein de plusieurs thématiques distinctes.

2À l'origine de l'exposition et de l'ouvrage, la fondation Cartier pour l'art contemporain existe depuis trente ans, elle se donne pour objectif la découverte de nouveaux talents dans le monde entier et ce à travers différentes commandes adressées aux artistes. Néanmoins, ce livre a pour but de faire une rétrospective photographique à travers le prisme du politique des différentes expériences menées dans la seconde moitié du vingtième siècle.

3L’ouvrage collectif tente donc de remettre en contexte l'ensemble des œuvres photographiques proposées au sein de l'exposition, le tout accompagné d'une rapide présentation de chacun des artistes : il n'y a pas moins de soixante-treize photographes présents à l'intérieur. Ces photographes sont ainsi classés selon différents thèmes qui leur étaient attribués : territoires, villes, informer/dénoncer, mémoire et identités ; une autre partie est consacrée à un film (Revueltas de Fredi Casco et Renate Costa (réal.), 2013, 140 min) qui propose de donner la parole à certains artistes de l'exposition. À la suite de ces différentes catégorisations et afin d'être plus à même de comprendre le contexte, les auteurs ont ajouté une chronologie non-exhaustive retraçant l'histoire contemporaine américaine de 1960 à 2013. Enfin, le livre se termine par de courtes biographies des photographes sélectionnés dans le livre : cette partie peut être intéressante puisque le nombre élevé d'artistes présents ne permet pas de s'attarder trop longtemps sur chacun d'entre eux dans les parties. Les chapitres sont entrecoupés de textes d'Olivier Compagnon, de Luis Camnitzer et d'Alfonso Morales Carrillo, chargés de présenter les différentes thématiques.

4Le livre débute par une préface d'Olivier Compagnon, professeur d'histoire contemporaine à l'IHEAL-Université Sorbonne Nouvelle, qui recontextualise historiquement le continent américain dans son ensemble. Il s'attarde particulièrement sur les bouleversements et les luttes que connaît le continent depuis les indépendances, en passant par la lutte contre le communisme, les années des dictatures, le renouveau de la gauche latino-américaine jusqu'aux dernières crises financières. Cette préface met en lumière les paradoxes qui tiraillent le continent, les différentes volontés populaires qui se font entendre et qui font face à de hauts niveaux de corruption, de violence, ou même de discrimination raciale.

5Premier thème abordé dans cet ouvrage : le territoire comme objet de richesse et de diversité. Cette partie regroupe des travaux d'artistes qui se sont interrogés sur la notion de territoire dans son ensemble. Ils mettent ainsi en valeur les paradoxes de la frontière, de l'immensité des paysages, le thème de l'identité. On pourra voir ainsi, grâce au travail photographique de Claudia Andujar, les programmes de vaccination dans la communauté Yanomami au Brésil, conséquences d'une épidémie de rougeole véhiculée par des chercheurs d'or dans l'Amazonie. Également les interventions photographiées d'Elía Adasme prenant littéralement corps avec la géographie du Chili, et ce, dans des positions suspendues dans le but de dénoncer les souffrances liées à la dictature.

6Le second objet traité est la ville en elle-même, considérée par l'artiste comme un espace de possibilités infinies, de luttes mais aussi d'inégalités extrêmes. C'est, en effet, dans la ville que l'on retrouve de manière directe les symptômes d'une société, que ce soit au niveau de l'exclusion sociale, spatiale, de la fragilité économique, ou des contestations politiques. Dans cette partie, on peut notamment s'attarder sur les collages de Graciela Sacco en Argentine, représentant des photos de bouches ouvertes et apposées sur les affiches de propagande électorale ou encore des publicités, mettant en exergue le problème de la faim et de la corruption.

7Le troisième chapitre est consacré à la dénonciation/information par le biais de l'artiste, son œuvre devient le médium d'une réalité destinée à interpeller celui qui la voit. Dans un texte introductif, Luis Camnitzer replace le statut de la photographie dans le domaine artistique. La photographie était ainsi plus utilisée et reconnue comme étant un support de documentation et de diffusion, par le biais du texte accompagnant certaines photographies, plutôt que comme une activité artistique à part entière. L'auteur parle aussi de « contexte d'urgence » comme condition de la photographie, c'est en prenant une photo que l'on rend compte le plus vite possible d'une situation, et c'est notamment le cas avec les photographes ciblant des dictatures ou leurs conséquences. Ainsi, les photographies de Luis Pazos montrant des corps jonchant le sol pour former les initiales PV (« Perón Vuelve ») ou encore un arc affublé d'une flèche, bien ancrées dans la lutte sociale et politique contre le pouvoir en place.

8La dernière thématique regroupe les artistes abordant la mémoire et les identités. À travers ces mots-clés, on voit une des conséquences des changements politiques des dernières décennies sur l'ensemble du continent, passant d'un régime dictatorial à un autre plus démocratique mais où les exactions antérieures restent encore largement passées sous silence. C'est par ce biais que de nombreux artistes se sont donnés comme objectif de faire la lumière sur ces drames avec le recours à des images d'archives. D'autres critiquent l'omniprésence du capitalisme et de ses représentations, par ses récupérations économiques des identités américaines. On peut, par exemple, citer l'œuvre photographique de Susano Torres qui cible des objets de consommation à l'effigie d'une « marque inca » en tant que matière archéologique pour mieux dénoncer la reprise consumériste d'une histoire passée.

9Cet ouvrage offre un panorama très large de ce qui s'est fait en photographie durant la seconde moitié du vingtième siècle ; ce travail est dans l'ensemble amplement réussi avec des recontextualisations essentielles à la compréhension des œuvres photographiques. Le fait de ne dédier qu’une double page dans la plupart des cas à chaque artiste peut néanmoins apparaître quelque peu frustrant pour le lecteur. C'est cependant à l'intérieur de cet équilibre que le livre peut offrir un paysage aussi diversifié des pratiques photographiques latino-américaines durant les différentes époques qui ont marqué l'histoire politique du continent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Timothée Engasser, « Luis Camnitzer, Olivier Compagnon, Alfonso Morales Carrillo, América Latina 1960-2013 : Photographies », IdeAs [En ligne], 8 | Automne 2016 / Hiver 2017, mis en ligne le 20 décembre 2016, consulté le 23 avril 2017. URL : http://ideas.revues.org/1672

Haut de page

Auteur

Timothée Engasser

Timothée Engasser est actuellement doctorant au laboratoire de recherche FRAMESPA-UMR 5136 de  l’Université de Toulouse-Jean Jaurès. Sa thèse s’intitule De l'effacement des inscriptions urbaines comme forme de contrôle social de l'espace public en France et au Brésil. Il est co-auteur de l’ouvrage Occupation visuelle (Ombú éditions, 2016). t.engasser@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
IdeAs – Idées d’Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page