Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Donald Abelson, Northern Lights : Exploring Canada’s Think Tank Landscape

McGill, Queen’s University Press, 2016, 392 pages.
Andrew Ives
Référence(s) :

Donald Abelson (Dir.), Northern Lights : Exploring Canada’s Think Tank Landscape, McGill, Queen’s University Press, 2016, 392 pages.

Texte intégral

Scroll down to find a succinct English version of the French language book review below

1Northern Lights, de l’universitaire canadien Donald E. Abelson, se targue de décortiquer le réseau des groupes de réflexion (Think tanks) au Canada. On garde malheureusement un sentiment d’inachevé de cette esquisse malgré sa longueur.

2Les groupes de réflexion se sont installés durablement dans le paysage politique en Occident, et ils jouent aujourd’hui un rôle important aussi bien pour façonner l’opinion publique que pour conseiller les gouvernants dans le choix de politiques publiques. Les premiers groupes de réflexion américains remontent certes au début du 20e siècle, mais ils ont pris leur véritable essor dans les 40 dernières années. Certains de ces groupes de réflexion ont eu un tel succès aux Etats-Unis qu’ils ont engendré des émules dans d’autres pays. Le Canada n’est pas en reste, et Abelson nous brasse le portrait des nombreux think tanks présents dans la partie septentrionale du continent.

3L’ouvrage se présente en deux grandes parties : l’auteur commence par analyser le concept même de Think tank, proposant huit chapitres pour établir les contours et définir les spécificités de ces entités. La tâche se révèle ardue, autant pour l’auteur, car son sujet est effectivement difficile à cerner, que pour le lecteur, confronté à de multiples répétitions et un style où l’auteur ménage tant la chèvre et le chou, qu’il finit par ne plus affirmer grand-chose. La deuxième partie de son livre, bien documentée, consiste en une présentation assez neutre des principaux groupes de réflexion canadiens avec des éléments de classement.

4L’auteur fait le choix de construire la première partie du livre autour de sept questions que les personnes non-initiées posent souvent au sujet des groupes de réflexion. Malheureusement, on en sort insatisfait car le plus souvent l’auteur n’apporte pas une réponse claire à ses propres questionnements. Par exemple l’auteur conclut son chapitre intitulé « que constitue, et ne constitue pas, un groupe de réflexion ? » par la déclaration « nous avons découvert que déterminer ce que constitue un groupe de réflexion est tout sauf évident. » Le lecteur en convient, mais il aurait espéré un peu plus d’éclaircissements de la part de notre spécialiste.

5La deuxième partie est consacrée à la présentation de vingt-quatre groupes de réflexion canadiens identifiés par l’auteur comme influents. On est interpellé par l’auteur lui-même quand il écrit qu’en en choisissant vingt-quatre il a dû en laisser de côté, ce qu’il regrette. Mais il ne fournit aucune indication des critères du choix, mis à part la remarque qu’il a « essayé de fournir un échantillon représentatif ». Le traitement des Think tanks canadiens retenus dans cette deuxième partie du livre consiste en une brève présentation, suivie par une liste d’articles parus dans des quotidiens canadiens et dans lesquels le groupe en question est mentionné. L’auteur ne fait apparemment aucune distinction entre un article basé entièrement sur les recherches du groupe de réflexion en question, et un article qui mentionne le groupe en passant ; on ne sait pas non plus sur quels critères il a choisi les quotidiens retenus. Puisqu’il semble avoir fait le choix de produire ici un travail de documentaliste, on en sort peu éclairé sur les enjeux idéologiques. Qui plus est, puisque les listings de ce type existent déjà, comme par exemple le Global Go To Think Tank index, géré par l’Université de Pennsylvania et cité souvent par l’auteur, ce travail d’Abelson donne une impression de superflu. Les annexes du livre offrent une série de tableaux et graphiques divers, sur la fréquence à laquelle les différents Think Tank retenus dans cette étude ont été invités à se présenter devant un comité parlementaire, par exemple. Cela représente certes un travail de compilation sérieux, mais on se demande quelle est son utilité.

6Northern Lights fait le choix original de prendre des groupes de réflexion comme objet d’étude. C’est en effet un domaine de recherche trop peu traité, vu l’importance que ces groupes ont pris depuis quarante ans dans le paysage politique des pays occidentaux. De plus, le livre remplit un vide en focalisant sur le cas de figure canadien jusqu’ici négligé. Toutefois, le livre d’Abelson ne remplit pas toutes ses promesses. Dans la première partie, le livre ne répond pas clairement aux questionnements que l’auteur a lui-même proposés pour le structurer ; dans la deuxième partie il souffre de lacunes méthodologiques importantes. Abelson ouvre tout de même d’intéressantes perspectives pour de futures recherches.

Northern Lights, written by the Canadian political scientist Donald Abelson, provides a study of Canadian think tanks. The book is divided into two parts: the first part attempts to circumscribe the entity known today as a Think Tank, and to reveal how it functions both in forming public opinion and in advocating specific policy responses. Here the author explores issues such as the role, methods and impact of these groups. The second part, which is well documented, presents profiles of some of Canada’s leading Think Tanks. In spite of its length, the book creates the impression of being a work in progress. For one thing, the first seven chapters are structured around a set of questions that the author never really manages to answer. For example, the author concludes his chapter entitled “what is and is not a think tank?” with the banal declaration “we have discovered that determining what is and is not a think tank is anything but straightforward.”  The author chooses not to focus on the marked ideological slant of many of the organizations he has studied, preferring to spend about half the space available in this long book to the presentation of twenty-four leading Canadian Think Tanks. This part of the book suffers from some serious methodological problems. Abelson provides us with an introductory work in a field of study that is too often neglected, but we regret that many of the fascinating themes associated with think tanks go largely unexplored.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Andrew Ives, « Donald Abelson, Northern Lights : Exploring Canada’s Think Tank Landscape », IdeAs [En ligne], 9 | Printemps / Été 2017, mis en ligne le 12 juillet 2017, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://ideas.revues.org/1922

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
IdeAs – Idées d’Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page