Navegação – Mapa do site

Politique éditoriale

La revue IdeAs Idées d’Amériques se propose de dépasser les habituels clivages entre les champs de recherches sur les Amériques, traditionnellement divisés entre latino-américanistes et nord-américanistes. Ce clivage a une histoire relativement récente.

Les études latino-américaines se sont structurées principalement aux Etats-Unis et en Europe à partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale parallèlement à l’émergence d’institutions latino-américaines, comme la CEPAL (Commission économique des Nations unies pour l’Amérique latine). L’Amérique latine est ainsi devenue un terrain privilégié d’observation et de confrontation disciplinaire, donnant lieu à des approches monographiques poussées et transversales, comme celles de Fernand Braudel, Claude Lévi-Strauss, Pierre Monbeig. L’exil politique de nombreux intellectuels latino-américains vers la France dans les années 1960-1980 a également joué un rôle dans l’émergence d’un latino-américanisme français.

D’un autre côté, les études nord-américaines se sont constituées suivant des dynamiques différentes. Fondateur et visionnaire, l’ouvrage d’Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (1835-1840), demeure l’une des références fondamentales de l’américanisme français et nord-américain. André Siegfried réactive de façon séminale l’intérêt pour les États-Unis et le Canada. En France, longtemps alliée des États-Unis, il existe depuis la fin du XVIIIe siècle à la fois une forte tradition anti-américaine et une fascination à leur égard. À partir des années 1960, des civilisationnistes, des géographes, des historiens, des politologues, s’attachent à développer une fine connaissance des États-Unis et participent à l’essor de l’américanisme. Les études canadiennes, développées à partir des années 1970, proposent la vision d’une « Amérique différente » non européenne mais aussi non états-unienne.

Cependant, ce partage des champs de recherche selon un axe Nord/Sud, fondé sur l’histoire et les langues coloniales, est-il le plus pertinent pour comprendre les dynamiques américaines passées et actuelles ? D’une part les dynamiques amérindiennes échappent en grande partie aux partitions coloniales. D’autre part, comme le montre l’histoire atlantique développée dans les années 1980, l’histoire des empires espagnols, portugais, anglais et français dans les Amériques gagne à être pensée ensemble. Et aujourd’hui, la frontière et les relations Amérique centrale – Mexique – États-Unis deviennent un enjeu politique majeur. Les différentes étapes de la mondialisation, du XVIe siècle à nos jours, doivent être analysées à l’échelle du continent américain.

Les objets et les catégories usuels d’analyse (Nord-Sud, l’État comme concept central, le débat sur l’hégémonie des États-Unis) sont aujourd’hui déplacés par d’autres problématiques : les reconnexions continentales, la mise en concurrence de l’Etat par d’autres niveaux d’organisation, l’émergence de pôles de pouvoir économique et politique sous-continentaux, les coopérations intellectuelles transnationales, la circulation des discours, l’essor du comparatisme. Une approche transaméricaine et multidisciplinaire devient plus que jamais nécessaire.

La revue IdeAs favorise la circulation des savoirs et des pratiques de recherche produits depuis le latino-américanisme et le nord-americanisme. La revue IdeAs rend compte de l’émergence des nouvelles problématiques et démarches transdisciplinaires sur le continent américain dans son ensemble, lequel est considéré à la fois comme aire culturelle et comme espace de circulations.

La revue IdeAs s’attache à offrir aux lecteurs des rubriques différentes :

  • un dossier thématique accompagné d’un état de la recherche internationale sur la question

  • une rubrique « Eclairages » composée de courts articles portant sur l’actualité récente, politique, économique ou culturelle

  • une rubrique « Comptes-rendus de lecture »

  • des entretiens peuvent s’ajouter à l’une ou l’autre des deux premières rubriques